Le Royal
ERIC GARENCE Artiste contemporain et illustrateur

ERIC GARENCE Artiste contemporain et illustrateur

Après avoir séduit la marque Côte d’Azur France et la maison Fragonard qui ont sorti une collection de produits avec ses illustrations, Eric Garence nous parle avec passion de son métier, ses projets et de son rôle d’ambassadeur d’une région qu’il aime tant et qui l’inspire.

Qui est Eric Garence ou plutôt comment vous définissez-vous ?

Pour me définir, je suis un artiste contemporain né sous le soleil de la Côte d’Azur en 1980. À la fois affichiste, illustrateur et plasticien, mon travail est empreint de la lumière et des couleurs de la Côte d’Azur ! Je suis également galeriste, mes affiches étant disponibles à la vente sur la galerie www.bonjourlaffiche.com, galerie qui livre dans le monde entier.

Quel est votre parcours ?

J’ai grandi dans un milieu familial passionné par l’art et la culture au sens large. Mes parents nous ont ainsi toujours amené dans les musées des villes que nous visitions avec mon frère. Ma mère collectionne les affiches anciennes peintes sur les murs des routes de France. J’ai donc grandi dans un milieu à la fois cultivé et sensible à l’expression artistique.

Après des études de droit à la Sorbonne puis une Ecole Supérieure de Commerce, j’ai intégré l’équipe Marketing de Texas Instruments. En 2007, j’ai vu arriver l’iPhone sur le marché et j’ai compris qu’il allait falloir créer de nouveaux services qui n’existaient pas encore et que c’était une belle occasion d’y exprimer la créativité qui se trouve en moi. J’ai donc rejoint un grand groupe français où j’ai gravi tous les échelons jusqu’à devenir General Manager de la startup Mobile et Objets connectés que j’ai créé à l’intérieur du Groupe. C’est à ce moment là, et sans le chercher, que j’ai commencé à être sollicité pour tout autre chose : les dessins que je réalisais la nuit. La suite est une succession de rencontres et de créations qui aujourd’hui occupe 200% de mon temps!

Qu’est-ce qui vous inspire ?

Mes affiches sont toutes faites d’histoires authentiques et de rencontres, je dessine ce que j’aime et qui selon moi mérite d’être sublimé, alors oui, cela nécessite beaucoup de temps et de sincérité. Mes travaux contemporains sont eux inspirés par des artistes comme Arman, Yves Klein, Raymond Hains, ces artistes étaient plus fascinés par le geste que par l’œuvre en elle-même. C’est ce que je fais par exemple en déchirant mes propres affiches pour les faire renaitre sous une forme différente à la manière de phénix.

Comment créez-vous vos affiches ?

C’est un processus très simple, je me rends sur place, j’écoute les gens, j’apprends à les comprendre, à aimer mon sujet et à le ressentir. Je prends des notes, je fais des croquis, des photos, je fais voler mon drône quand c’est possible. Une fois dans mon atelier je travaille la composition et je dessine jusqu’à ce qu’un enfant qui ne sait pas lire arrive à reconnaitre l’endroit !

Comment êtes-vous devenu «Ambassadeur Côte d’Azur France» et affichiste officiel de cette marque ?

En janvier 2017 j’ai été contacté par l’agence qui s’occupe de la marque Côte d’Azur France; ils m’ont proposé de faire un essai car tous les artistes qu’ils ont contactés n’ont pas réussi selon eux à dessiner l’âme de la Côte d’Azur. Visiblement ce que j’ai envoyé a immédiatement conquis l’ensemble des acteurs de la marque, azuréens et non azuréens.

Pour le rôle d’Ambassadeur, je pense que ce sont mes affiches et mon amour pour ce territoire qui ont joué.

Utilisez-vous toujours des couleurs vives ?

Oui ! quand il faut choisir un bleu sur ma palette je choisis toujours le bleu le plus puissant! Pour vous donner un exemple quand BEN (l’artiste niçois) parle de moi il dit que la couleur est mon épine dorsale… je pense qu’il n’a pas tort.

Quelle est la création dont vous êtes le plus fier ?

Je ne considère pas mes créations dans leur individualité mais dans leur ensemble. Je dirai donc que je suis très fier de ma grande série d’affiches sur la Côte d’Azur, soit une centaine d’affiches qui s’étendent de Saint Tropez à Menton. Je suis fier qu’elle m’ouvre le champ des possibles sur d’autres territoires captivants et sur d’autres formes d’expression artistique telle que la sculpture.

Que représente pour vous le luxe?

Le luxe c’est effectuer Monaco – Saint Tropez en hélicoptère et ramener un de mes tableaux de ma collaboration avec Senequier à l’arrière de l’appareil. Ca marche aussi avec un yacht !

…Et la gloire?

La gloire c’est de faire la couverture de votre magazine !

La célébrité?

La célébrité c’est quand les gens vous suivent sur les réseaux, qu’ils vous parlent de vos créations et qu’ils vous demandent de dessiner leur ville ou village de cœur ! c’est très plaisant et je le fais très souvent !

La beauté?

La seule beauté qui compte est celle de l’esprit et des sentiments.

Qu’avez-vous réussi de mieux?

Mes deux filles.

Qu’est-ce qui vous motive?

Découvrir de nouveaux horizons, rencontrer de nouvelles personnes, donner du plaisir aux gens.

Une ambiance déco

Une villa de style colonial en bois exotique avec des chats qui se promènent à l’intérieur !

Une couleur

Le Bleu évidemment !

Un style de mode

Mode vestimentaire : Naturel et décontracté et s’il le faut sérieux, mais pas trop.

Un souvenir inoubliable

Quand j’apprends que le Président de la République Française et Madame Macron ont apprécié mon tableau du Fort de Brégançon.

La ville qui fait rêver

La prochaine ville que je n’ai pas encore visitée !

Une œuvre d’art

Une exposition, Damien Hirst à Venise «Treasures from the Wreck of the Unbelievable»

Une oeuvre d’art

«Fontaine» de Marcel Duchamp surtout car elle marque le début de la révolution artistique contemporaine.

Un souhait

Ou plutôt un rêve, être invité à Beyrouth pour dessiner la capitale culturelle du monde arabe, véritable Phénix du Proche Orient.

Propos recueillis par Nadine Fayad Comair

Le Royal