Le Royal
K3 annonce la disparition de  KENZO TAKADA

K3 annonce la disparition de KENZO TAKADA

C’est avec une profonde tristesse que la marque K-3 a le regret d’annoncer le décès, à l’âge de 81 ans, de Kenzo Takada, directeur artistique de la marque et créateur mondialement reconnu. Kenzo Takada s’est éteint le dimanche 4 octobre 2020 à l’Hôpital Américain de Neuilly-sur-Seine des suites du Covid-19.

Le 27 février 1939 à Himeji, au Japon, le styliste et designer Kenzo Takada naît au sein d’une fratrie de sept enfants. Passionné très tôt par le dessin, le garçon timide observe avec admiration les cours de couture de ses deux sœurs et rêve d’imaginer, à son tour, ses propres créations. Une proli que carrière internationale et près de huit mille dessins plus tard, Kenzo Takada n’a jamais cessé de célébrer la mode et l’art de vivre.

Paris résonne dans l’esprit du jeune Kenzo Takada comme le royaume de la mode, symbole d’élégance et de luxe. En 1965, un coup du sort lui permet de fouler le sol français à Marseille. Le lendemain, il découvre Paris, en pensant y rester six mois… Il ne quittera plus la capitale de la mode.

Large sourire, yeux éternellement rieurs encadrés de lunettes rondes, Kenzo Takada incarne la joie de vivre. Au l du temps, cette dernière est même devenue son l créatif, se traduisant par l’association – et même fusion – de couleurs, de motifs à la fois animaliers, oraux et géométriques qui rendent son style si personnel.

De l en aiguille, le 14 avril 1970, le styliste présente sa première collection à la presse dans sa boutique Jungle Jap ouverte peu de temps auparavant dans la Galerie Vivienne.

La suite est connue : Kenzo Takada devient le premier styliste japonais à s’imposer dans la capitale de la mode puis à acquérir une renommée internationale. En 1976, il inaugure son vaste agship de la Place des Victoires rebaptisé de son seul prénom Kenzo.

En 1983, il présente sa première ligne pour hommes. En 1988, son premier parfum baptisé Kenzo Kenzo. D’autres fragrances suivront ainsi que de nombreuses lignes d’accessoires.

En 1993, la griffe Kenzo est cédée au groupe LVMH et Kenzo Takada quitte la marque en 1999. Mais il demeure un créateur dans l’âme.

En parallèle — et peut-être pour compenser le rythme trépidant des collections de mode —, il a toujours été épris d’intérieurs, aménageant ses différentes résidences avec le même esprit inventif : mariage audacieux entre un mode de vie à l’occidental et des rituels hérités de l’Empire du Soleil Levant.

En janvier 2020, Kenzo Takada lance K-3, la nouvelle marque haut de gamme dédiée à l’art de vivre, et ouvre un showroom à Saint-Germain des Prés. Dans cette nouvelle aventure, le créateur est épaulé par Jonathan Bouchet Manheim, directeur général de la marque depuis 2010, et Engelbert Honorat, assistant créatif de Kenzo depuis 2013.

Fidèle à cet idéal de métissage, Kenzo Takada n’a eu de cesse de poursuivre ses rêves en collaborant avec de nombreuses enseignes et maisons. Doté d’une richesse ornementale inédite, empreinte de gaieté, son style inimitable est un hymne à la joie de vivre.

Pour Jonathan Bouchet Manheim, directeur général de K-3, « Kenzo Takada était d’une incroyable créativité ; d’un trait de crayon, d’un geste vif, il inventait une nouvelle fable artistique, une nouvelle épopée colorée mariant Orient et Occident, son Japon natal et sa vie parisienne. J’ai eu la chance de travailler à ses côtés durant de nombreuses années, sans cesse étonné, admiratif de sa curiosité, de son ouverture d’esprit. Il aimait l’audace de la jeunesse. Il était drôle sous des abords timides. Il était généreux et savait prendre soin de son entourage comme personne. Il avait le goût de la fête… Kenzo Takada était, à lui seul, un art de vivre. »

C’est à Engelbert Honorat, le plus proche collaborateur de Kenzo Takada que Jonathan Bouchet Manheim a con é le soin d’assurer la création des collections de la marque K-3 a n de perpétuer l’héritage du créateur.

K-3 présente à sa famille et à tous ses proches ses très sincères condoléances.

Le Royal