Le Royal
«Combat contre le COVID-19 : Partage de connaissances et d’expériences»

«Combat contre le COVID-19 : Partage de connaissances et d’expériences»

À la lumière de l’éclosion du COVID-19 et dans le but de sensibiliser la population à cette pandémie, Sanofi a lancé une conférence médicale en ligne intitulée «Le combat contre Le COVID-19 : Partage de connaissances et d’expériences». Destiné aux membres des médias au Liban et en Jordanie, ce webinaire informatif et éducatif a été organisé en collaboration avec des médecins experts renommés de la région qui ont partagé leurs connaissances et leurs expériences sur l’impact du COVID-19 sur les personnes atteintes de problèmes de santé sous-jacents tels que le diabète, les maladies cardiovasculaires, la sclérose en plaques et le cancer.

Le COVID-19 est une maladie virale hautement transmissible causée par le SRAS-Cov-2 de la famille des coronavirus qui a été déclarée pandémie mondiale par l’OMS le 11 mars 2020. Le virus est principalement transmis des personnes symptomatiques à d’autres par des gouttelettes respiratoires, ou par contact avec des objets et des surfaces contaminés. Le COVID-19 a une période d’incubation de 2 à 14 jours et la plupart des cas ont signalé des symptômes légers à modérés de fièvre, de myalgie, de toux sèche, de fatigue, de certains symptômes intestinaux et d’anosmie (perte d’odorat) et, dans certains cas, la perte de goût. Dans les cas graves, le syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) est la principale cause de mortalité.

Faisant un pas de plus sur les effets du COVID-19 sur les personnes ayant d’autres problèmes de santé, le webinaire a été lancé avec une présentation sur la nécessité de la vaccination pendant cette pandémie. Le Prof. Wail Hayajneh, M.D, Président du Groupe Technique Consultatif National sur la Vaccination (GTCV) et Président du Comité des Maladies Infectieuses de la JFDA, a souligné que « le COVID-19 ne nous visite pas sans invitation ». Il a ajouté que ‘l’OMS a déclaré que’ «la perturbation des services de vaccination, même pendant de courtes périodes, se traduira par une augmentation du nombre de personnes vulnérables et augmentera la probabilité de maladies évitables par la vaccination (VPD) sujettes à l’éclosion, comme la rougeole. » Afin d’éviter de nouvelles épidémies pendant la pandémie du COVID-19, il est important, conformément aux recommandations de l’OMS « de prioriser les vaccins contre le pneumocoque et la grippe saisonnière pour les groupes de population vulnérables tels que les travailleurs de la santé, les personnes âgées et les femmes enceintes et encourager le suivi du taux de couverture vaccinale dans le cadre du COVID-19 ».

Le deuxième sujet abordé était le diabète. En ce qui concerne les patients diabétiques, ils ne sont pas affectés par le COVID-19 plus fréquemment que les personnes sans diabète. L’hyperglycémie pose un risque pour les patients diabétiques en causant des complications qui entraînent des accidents cérébrovasculaires et une artériosclérose, et c’est le facteur le plus courant de l’insuffisance rénale chronique qui entraîne une dialyse chronique et une altération du fonctionnement des cellules sanguines, en particulier celles qui défendent le corps contre les infections virales et bactériennes.

Selon le Prof. Fares Haddad, M.D, FRCP (EDIN), FACE, Professeur agrégé clinique et consultant principal en endocrinologie et diabète, « Bien que les patients diabétiques ne soient pas plus sensibles à l’infection au COVID-19, le virus les expose à plus de complications et à un taux de mortalité accru variant entre 7 et 9 % selon les études et les observations. En outre, ces complications sont plus graves si le diabète est accompagné d’autres maladies chroniques, en particulier l’obésité. Par conséquent, les patients atteints de diabète doivent maintenir plusieurs choses essentielles à la lumière de la pandémie du COVID-19 :

  • Prendre le traitement régulièrement sans l’arrêter, notamment l’insuline en cas de maladie et d’infections.
  • Respecter le traitement prescrit par le médecin.
  • Assurer le contrôle des normes établies par le médecin.
  • Assurer l’approvisionnement en médicaments pendant un mois ou plus pour éviter toute interruption du traitement.

Dans le contexte de la pandémie mondiale du COVID-19, les maladies cardiaques graves, y compris l’insuffisance cardiaque, les maladies coronariennes, les maladies cardiaques congénitales, les cardiomyopathies et l’hypertension pulmonaire, peuvent exposer les personnes à un risque plus élevé de souffrir d’une maladie grave causée par le COVID-19. Selon les premiers rapports, 40 % des patients hospitalisés atteints du COVID-19 souffraient de maladies cardiovasculaires ou de maladies cérébrovasculaires (qui se rapportent à la circulation sanguine dans le cerveau, comme les accidents vasculaires cérébraux).

« Le taux de mortalité chez les personnes atteintes de MCV est supérieur à la moyenne de la population, soit 10,5 %, selon l’American College of Cardiology. L’âge compte ici, car le taux de létalité des cas augmente à 8,0 % chez les patients atteints de MCV âgés de 70 à 79 ans et à 14,8 % chez les patients de plus de 80 ans », a déclaré Prof. Antoine Sarkis, M.D., FESC, FACC, Professeur en cardiologie à l’Hôtel Dieu de l’Université St. Joseph. Il a poursuivi en recommandant un ensemble de mesures à prendre par les patients atteints de MCV comme mesures de précaution face au COVID-19 :

  • « Prenez vos médicaments exactement comme prescrit par votre docteur.
  • Continuez les inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (ACE-I) ou les inhibiteurs des récepteurs de l’angiotensine-II (ARB) prescrits par votre professionnel de la santé.
  • Assurez-vous d’avoir au moins deux semaines de médicaments contre les maladies cardiaques.
  • Continuez de gérer et de contrôler votre tension artérielle et de prendre vos médicaments selon les directives. »

La sclérose en plaques est une maladie chronique qui affecte chaque personne différemment, et est causée lorsque le système immunitaire du corps attaque le système nerveux central, endommageant la gaine de myéline. De nombreuses études ont montré que les exacerbations de la SEP coïncident avec les infections (virales et bactériennes). Les thérapies contre la SEP avec les immunosuppresseurs peuvent affaiblir le système immunitaire des patients et donc les rendre plus vulnérables aux infections opportunistes.

Bassem Yamout, Professeur en neurologie clinique, Président de MENACTRIMS et Directeur du Centre de recherche clinique sur la sclérose en plaques du centre médical de l’Université américaine de Beyrouth, a confirmé concernant le pesant sujet que «la SEP elle-même n’augmente pas le risque de contracter le COVID-19 ». Toutefois, certains facteurs associés à la SEP peuvent accroître le risque de complications, notamment :

  • Les conditions de maladies chroniques, comme les maladies pulmonaires, les maladies cardiaques, le diabète, le cancer, le tabagisme et l’asthme
  • La mobilité considérablement réduite, comme le fait de passer la majeure partie de la journée assis ou au lit
  • Le fait d’avoir 65 ans ou plus
  • La possibilité de prendre certaines thérapies modifiant la maladie qui appauvrissent les cellules du système immunitaire
  • Une grave obésité ou un IMC supérieur à 40
  • Vivre dans un établissement de soins de longue durée

Il a conclu que « parfois, la réponse du corps aux infections, y compris le COVID-19, peut causer une aggravation temporaire des symptômes de la SEP. Habituellement, ces symptômes se stabilisent une fois que l’infection disparaît. Selon les recommandations de la Société Nationale de la Sclérose en Plaques, les personnes atteintes de SEP devraient poursuivre leur traitement et discuter des risques particuliers avec leur fournisseur de soins de santé avant d’arrêter leur traitement. »

Pour les patients atteints de cancer, le risque d’hospitalisation est 4 fois plus élevé, et le risque de décès est 10 fois plus élevé par rapport à la population générale, en particulier chez les patients atteints de malignité hématologique ou recevant de nombreuses lignes de chimiothérapie ou présentant une neutropénie et une lymphopénie.

« Le LSMO a publié des lignes directrices pour aider les oncologues, le personnel en oncologie, les patients et leurs proches à gérer et à prodiguer les soins les plus optimaux tout en réduisant leurs chances de contracter et de transmettre le COVID-19 pendant la présente éclosion qui devrait durer un certain temps. Il pourrait y avoir une prévalence plus élevée de patients atteints de cancer avec des infections à COVID-19 par rapport à la population globale (1 vs 0,29%) mais les patients atteints de cancer avaient une incidence plus élevée d’événements graves; le risque d’hospitalisation des patients cancéreux était plus élevé par rapport à la population générale et des événements graves ont été signalés dans 48 à 54% des cas contre 16% dans la population globale, notamment chez les patients recevant un traitement anticancéreux au cours des 2 semaines précédentes», a déclaré Prof. Joseph Kattan, Professeur en hématologie et en oncologie et Chef du département d’hématologie et d’oncologie à l’hôpital universitaire HDF. Il a terminé son discours en partageant les deux principes de la pratique quotidienne recommandée pour les patients atteints de cancer :

  1. « Sanctuarisation » du service d’oncologie :
    1. Prévention de la contamination : Dépistage des patients et des visiteurs à partir des antécédents de voyage et des symptômes.
    1. Éviter les cliniques surpeuplées et les unités de chimiothérapie en diminuant le nombre de patients recevant une chimiothérapie hebdomadaire et envisager de passer à la chimiothérapie orale lorsque c’est possible par rapport au traitement IV.
  •  Priorisation des patients en oncologie :
    • Reporter les traitements palliatifs et de soutien.
    • Convertir la thérapie IV en orale, évitez le programme hebdomadaire.
    • Utiliser des facteurs de croissance.
    • Retarder les visites de suivi de routine ou l’imagerie.

Tous les experts ont rappelé aux participants que les mesures de précaution et de sécurité restent des étapes essentielles à suivre pour contenir la propagation du COVID-19 et pour protéger les personnes les plus vulnérables face au virus :

  • Éviter les endroits bondés.
  • Laver soigneusement les mains conformément aux directives de l’OMS.
  • Utiliser des désinfectants et des gants / portez des masques correctement lorsque vous vous rendez à la clinique ou à l’hôpital.
  • Ne pas avoir de contact avec la famille/les amis avec les symptômes ou l’exposition possible au COVID-19.
  • Pratiquer la distanciation sociale avec toutes les personnes pour vous protéger et protéger les autres.
  • Rester en contact avec l’équipe médicale et signaler les nouveaux symptômes par téléphone en premier (en particulier la fièvre / la toux / l’essoufflement).
Le Royal