Le Royal
Coronavirus : comment différencier ses symptômes de ceux de la grippe?

Coronavirus : comment différencier ses symptômes de ceux de la grippe?

Toux, fièvre… Des symptômes qui peuvent faire leur apparition en cas de grippe… ou d’une infection à coronavirus. Alors, comment poser le bon diagnostic ? Plus de 6 000 personnes réparties dans une vingtaine de pays différents sont désormais touchées par le Coronavirus. Des chiffres qui créent la psychose, d’autant que les symptômes provoqués par ce virus venant de Chine sont semblables à ceux de la grippe. Et pour cause : le 2019-nCOV est à l’origine de pneumopathies qui se manifestent principalement par de la fièvre et des signes respiratoires.

D’autres symptômes, eux aussi associés à la grippe, peuvent également faire leur apparition, comme le souligne Yazdan Yazdanpanah, chef du service maladies infectieuses à l’hôpital Bichat à Paris: « Les symptômes principaux sont de la fièvre, un syndrome pseudo grippal, des maux de tête, des douleurs dans les articulations et les muscles dans un premier temps. Dans un deuxième temps, des signes respiratoires, toux, crachats et essoufflement, jusqu’à des pneumonies qui peuvent être sévères dans les cas les plus graves. En sachant que l’on peut aussi développer seulement ce qui s’apparente à un simple rhume ».

Coronavirus : un prélèvement nécessaire pour poser le diagnostic

Comment, dans ce contexte, poser le diagnostic d’une infection à coronavirus ? Pour commencer, les patients revenant d’un séjour en Chine – et plus particulièrement dans la région de Wuhan – et présentant des signes d’infection respiratoire doivent consulter un médecin en privé en évitant de trainer dans la salle d’attente parce que le virus est très contagieux.

Face a une suspicion de coronavirus, des mesures de précaution sont mises en place. Les patients se soumettent ensuite à un examen, qui prend la forme d’un prélèvement naso-pharyngé. Il s’agit du seul moyen de détecter la présence du virus.

L’analyse de l’échantillon prélevé est ensuite envoyée dans un des trois laboratoires habilités en France : le Centre national de référence (CNR) des virus respiratoires de Paris ou de Lyon, ou la Cellule d’Intervention Biologique d’Urgence de l’Institut Pasteur. Les résultats du test sont disponibles trois heures plus tard. S’ils sont positifs, le prélèvement doit être réalisé une seconde fois pour confirmer le diagnostic.

Le Royal